Find the latest bookmaker offers available across all uk gambling sites www.bets.zone Read the reviews and compare sites to quickly discover the perfect account for you.
Jeudi 18 juillet 2019
Accueil / Actualités / 60 % des frayères artificielles fonctionnelles en Gironde

60 % des frayères artificielles fonctionnelles en Gironde

En 2015, la Fédération de Pêche de la Gironde a installé des frayères artificielles sur cinq plans d’eau dont elle est gestionnaire, dans le but de favoriser la reproduction naturelle de certaines espèces de poissons. Aujourd’hui, c’est l’heure du premier bilan

IMGP1280

Des frayères artificielles pour développer les populations piscicoles

Lacs sélectionnés : une reproduction naturelle difficile

Sur les lacs aménagés, un manque de zones de reproduction naturelles a été identifié par rapport aux orientations de gestion piscicole et halieutique. Cela peut être lié à des conditions naturelles défavorables ou lié aux interventions humaines historiques. La Fédération de Pêche de la Gironde a donc décidé de donner un coup de pouce à la reproduction de plusieurs espèces de poissons prisés par les pêcheurs : perches, gardons, black bass… en respectant les préconisations de ses deux schémas directeurs, le PDPG et le SDDLP.

Quel est l’intérêt de cette action ?

La Fédération a, parmi ses missions principales, de promouvoir la pêche et de répondre aux attentes des pêcheurs adhérents. L’intérêt majeur de ce type d’actions en plan d’eau est d’améliorer et de favoriser la reproduction naturelle d’espèces ciblées présentes dans les étangs aménagés. Pour cela, la Fédération utilise deux types de frayères artificielles : les frayères à brandes, principalement pour les perches et les poissons blancs, et les frayères « cagettes à graviers » pour les black bass.

Sur le lac de Bègles et le lac de La Cadie, le développement des populations de black bass a été ciblé. Sur les lacs d’Aillas-Sigalens, de Neuffons et de Lauvirat, c’est la reproduction des perches et des poissons blancs qui était recherchée.

Frayères à brandes
Frayères à brandes
Frayères "cagettes à graviers"
Frayères "cagettes à graviers"

Premiers résultats et bilans de l’action

Résultats du suivi des frayères artificielles

En 2016, des  suivis de ces frayères artificielles ont été réalisés sur chacun des lacs par des techniciens de la Fédération, à raison d’une fois par semaine, de mi-avril à mi-juin correspondant à la période de reproduction des espèces piscicoles visées. Ces suivis ont été effectués par vidéos subaquatiques, prélèvements et/ou observations. Voici un premier bilan que nous pouvons tirer de ces aménagements.

Frayères à brande

  • Sur les lacs de Neuffons et sur celui de La Cadie, situés dans l’Entre-deux-mers, nos techniciens ont pu observer des œufs de cyprinidés (rotengle, gardon…) ainsi que des alevins de poissons blancs.
  • Le lac de Lauvirat situé à Coutras, s’est vu doter de frayères à brandes mais il ne s’est pas révélé fonctionnel car aucun géniteur, œuf ou alevin n’a été observé lors du suivi.
  • Sur le lac d’Aillas-Sigalens, situé dans la partie Sud du département, le suivi n’a pas pu être réalisé car le niveau d’eau était trop important.
Observation d’œufs de cyprinidés sur une frayères à brandes
Observation d’œufs de cyprinidés sur une frayères à brandes
Prélèvement d’œufs de cyprinidés
Prélèvement d’œufs de cyprinidés

Frayères « cagette à graviers »

Les frayères « cagette à graviers » ont quant à elles été installées sur le lac de Bègles et également sur le lac de La Cadie. Sur le premier plan d’eau, des black bass et des alevins de l’espèce ont été observés mais pas directement sur les nids. Sur le lac de la Cadie, nos techniciens ont pu faire le même constat, à la différence près que les frayères avaient été nettoyées, signe que les black bass s’y sont intéressés de près…

Alevin de Black-bass
Alevin de Black-bass

Un premier bilan positif

Finalement, le bilan est plutôt positif : les différentes espèces utilisent la plupart des frayères mises à leur disposition. Nos techniciens ont pu observer des œufs et des alevins, et même s’il est difficile, dans certains cas, d’affirmer avec certitude que les poissons se reproduisent grâce à nos frayères, l’essentiel est qu’ils le fassent ! De plus, ces résultats vont nous permettre d’apporter des améliorations aux différentes structures pour espérer un meilleur rendement en 2017 ! Affaire à suivre…

Voir aussi

Barsac-min

Nos Sorties Nature pour cet été

Feedback