Find the latest bookmaker offers available across all uk gambling sites www.bets.zone Read the reviews and compare sites to quickly discover the perfect account for you.
lundi 18 décembre 2017
Accueil / Actualités / QUOI DE NEUF SUR LES ÉCREVISSES A PATTES BLANCHES ?

QUOI DE NEUF SUR LES ÉCREVISSES A PATTES BLANCHES ?

L’écrevisse à pattes blanches est une espèce classée en danger sur la liste rouge mondiale de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Elle bénéficie d’un Programme Aquitain de Sauvegarde lancé en mai 2012. Différentes actions sont menées depuis 5 ans pour permettre la conservation de cette espèce emblématique des cours d’eau français, dont la présence est signe de bonne qualité du milieu aquatique.

De nouvelles populations d’écrevisses à pattes blanches observées

Écrevisse

La Dordogne, la Gironde, le Lot-et-Garonne et les Pyrénées-Atlantiques ont fait l’objet d’inventaires durant tout l’été. L’écrevisse a une particularité : elle est principalement active la nuit et durant la saison chaude.

Des prospections nocturnes ont donc été réalisées sur de nombreux cours d’eau et ont mobilisé un grand nombre de personnes (Fédérations de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques, Conservatoire des Espaces Naturels d’Aquitaine ainsi que des Syndicats de rivière).

Ce travail, mené depuis 5 ans, a encore permis cette année de mettre en évidence des zones où l’espèce est toujours présente. Bonne surprise en Gironde et en Lot-et-Garonne où la situation est alarmante. 

La question de l’invasion de nos cours d’eau aquitains par les écrevisses exotiques reste au cœur des principales préoccupations à l’issue de ces inventaires.

Tout le monde peut participer à la collecte des données de répartition des écrevisses en Aquitaine et aider à connaître l’évolution de leur distribution.

Notre formulaire d’enquête en ligne a deux objectifs :

  • Disposer d’informations passées sur la présence d’écrevisses dans les cours d’eau aquitains.
  • Nous informer de l’observation récente d’écrevisses

L’objectif est de cibler les secteurs à enjeux et de mettre à jour l’Atlas de répartition des écrevisses d’Aquitaine.

Un Atlas des écrevisses d’Aquitaine

photo_couv_atlas

Cliquez ICI pour le télécharger

La base de données régionale Ast’Aquitaine a été mise en place pour centraliser toutes les données collectées sur les populations d’écrevisses. Fin 2016, après 4 ans d’inventaires, bien que toute l’Aquitaine n’ait pas été entièrement prospectée, un premier état des lieux a été réalisé.

L’Atlas de répartition des Ecrevisses en Aquitaine est un outil de synthèse qui renseigne sur la situation des populations d’écrevisses à pattes blanches indigène en Aquitaine.

Il présente également d’autres espèces :

  • 2 espèces d’écrevisses européennes transloquées de leur aire d’origine, non indigènes sur le territoire aquitain : l’écrevisse à pattes rouges et l’écrevisse à pattes grêles.
  • 4 espèces exotiques envahissantes, originaires d’Amérique du Nord : l’écrevisse de Louisiane, l’écrevisse américaine, l’écrevisse signal, et l’écrevisse juvénile.
Écrevisse signal
Écrevisse signal
Écrevisse américaine
Écrevisse américaine
Écrevisse de Louisiane
Écrevisse de Louisiane
Écrevisse juvénile
Écrevisse juvénile

Au-delà de la répartition des différentes espèces d’écrevisses en Aquitaine, ce document permet de savoir comment les reconnaître et quelles sont les précautions à prendre vis-à-vis de certaines écrevisses exotiques porteuses d’une maladie dévastatrice pour les espèces d’Aquitaine.

La peste des écrevisses : fléau majeur pour les écrevisses d’Aquitaine

carte_peste_aquitaine

Les écrevisses exotiques sont porteuses saines d’un champignon responsable de la « Peste de l’Écrevisse » chez les espèces européennes.

Cette maladie est un fléau pour les écrevisses à pattes blanches car une fois affectées elles n’ont aucune chance de survie. Ce champignon peut se propager dans l’eau, sur les poissons, sur les plantes aquatiques mais aussi hors de l’eau en bordure de rivière. Il peut être transporté par les animaux sauvages qui viennent s’abreuver ainsi que par l’homme lorsqu’il se promène au bord de l’eau ou va pêcher.

Un travail est mené afin d’identifier les populations d’écrevisses exotiques porteuses de la peste. Le principe est simple, une vingtaine d’écrevisses est prélevée sur chaque cours d’eau et placée directement dans de l’éthanol puis envoyée à l’Université de Poitiers pour des analyses. Il existe plusieurs souches plus ou moins virulentes de ce champignon que le laboratoire peut distinguer. Ainsi, une carte des foyers infestés a pu être réalisée afin de cibler clairement les secteurs particulièrement vulnérables, sur lesquels les précautions sanitaires doivent être multipliées. La Gironde est particulièrement touchée en raison de la forte colonisation par l’écrevisse de Louisiane. Des gestes simples peuvent éviter de propager cette maladie (voir notre plaquette) tels que le séchage du matériel entré au contact de l’eau (bottes…) ou éviter le néoprène.

Des cours d’eau susceptibles d’accueillir les populations d’écrevisses menacées

Des études récentes menées par le laboratoire de l’Université de Poitiers (Ecologie et Biologie des Interactions) ont montré qu’un groupe particulier d’insectes (Ephéméroptères) permet d’identifier les cours d’eau propices à l’écrevisse à pattes blanches. Les larves aquatiques de ses insectes sont très sensibles aux pollutions, leur présence est donc signe de bonne qualité des eaux.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer le déclin des populations d’écrevisses à pattes blanches notamment l’existence de pollutions accidentelles. En raison de la fragmentation des populations, lorsque des mortalités d’écrevisses se produisent, il devient alors impossible que les cours d’eau soient recolonisés naturellement par des individus provenant du même bassin hydrographique. Cependant, une fois cette pollution passée, les cours d’eau redeviennent potentiellement favorables à l’installation d’une nouvelle population d’écrevisses.

Le but du travail mené dans le cadre du Programme de Sauvegarde est d’identifier ces cours d’eau afin de pouvoir un jour les repeupler. Pour cela un inventaire des invertébrés aquatiques est réalisé à d’une méthode appelée IBGN-DCE.

img1833

Ainsi cette année, cinq cours d’eau ont été mis en évidence comme étant particulièrement intéressants, pour accueillir l’espèce grâce aux insectes présents : trois en Gironde et deux en Dordogne.
Pour autant, le transfert d’écrevisses à pattes blanches ne peut se faire sans prendre un certain nombre de précautions. C’est pourquoi en parallèle un travail sur la définition d’un protocole est en cours pour s’assurer du succès des opérations futures.

Voir aussi

IMG_1701

Actions pêche 2017 : faisons le bilan de l’année

Voici un bilan des principales actions halieutiques qui ont été menées en 2017 par la Fédération de Pêche de Gironde.