Find the latest bookmaker offers available across all uk gambling sites www.bets.zone Read the reviews and compare sites to quickly discover the perfect account for you.
Mercredi 22 août 2018
Accueil / Actualités / Un suivi piscicole de la Réserve Naturelle de l’étang du Cousseau

Un suivi piscicole de la Réserve Naturelle de l’étang du Cousseau

La SEPANSO, gestionnaire de la Réserve Naturelle Nationale de l’étang du Cousseau à Lacanau a mandaté la Fédération de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique de la Gironde pour prospecter cette zone préservée, dix ans après avoir réalisé le dernier inventaire scientifique.

La réserve naturelle du Cousseau : une zone préservée propice aux poissons

L’étang et le marais du Cousseau se situent entre les lacs de Lacanau et de Carcans Hourtin.

Cette zone de 600 hectares environ, a été classée en réserve naturelle dès 1976. L’étang d’une superficie de 50 hectares est bordé par un marais et relié au canal des étangs par 2 principaux chenaux. Regroupant une mosaïque d’habitats aquatiques et terrestres variés, la réserve de Cousseau permet l’accueil d’une faune remarquable. Les habitats aquatiques du marais, des canaux et de l’étang étant bien préservés et gérés, ces milieux accueillent un peuplement piscicole diversifié et notamment des espèces sensibles protégées dont le brochet et l’anguille européenne.

La réserve avait fait appel au Cemagref de Bordeaux (désormais nommé IRSTEA) de 1979 à 1981 et en 1998 afin d’évaluer l’état du peuplement piscicole avant la reconnexion du marais avec le canal des étangs, puis en 2008 à la Fédération de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique de la Gironde pour mesurer l’évolution du peuplement piscicole dix ans après ces modifications hydrauliques.

Afin de suivre l’état du peuplement piscicole sur le site et d’évaluer ainsi l’effet de la gestion entreprise par la SEPANSO, il s’avère nécessaire de faire à nouveau un bilan sur la faune aquatique près de vingt ans après la reconnexion hydraulique du site et suite à de récents travaux.

En effet depuis 2016, des travaux de restauration de la continuité écologique entre le canal et la réserve ont été conduits et contribuent entre autres à améliorer la circulation des poissons. Ces travaux d’installation de passes à poissons ont été couplés en 2017 à des travaux hydrauliques dans le marais et les canaux : ils se traduisent par un recreusement de chenaux et une optimisation de la mise en eau du marais.

Ces aménagements conduisent à améliorer la capacité d’accueil pour la faune aquatique en augmentant les effectifs de poissons dont l’anguille et le brochet et aussi poissons blancs et les déplacements de poissons.

L’étang et le marais du Cousseau constituent des zones de :

etang zone

Un suivi complet

Afin de dresser un bilan exhaustif de l’état du peuplement et des circulations de poissons, l’étude 2018 comprend 4 suivis :

  1. Le suivi de la passe à poissons en entrée de la réserve (entamé depuis janvier jusqu’à juin)
  2. L’inventaire piscicole dans le marais (fin avril)
  3. L’inventaire piscicole de l’étang et des canaux (mi-juin)
  4. Suivi de la qualité de l’étang avec une analyse du phytoplancton et de la physico-chimie (4 campagnes durant l’année)

Les moyens et protocoles employés sont variés afin de disposer d’information précise. Sont utilisés pour le suivi de la passe et des canaux, des verveux et tramails, des filets de mailles et longueurs variées sur l’étang, et enfin la pêche électrique en bateau sur les rives de l’étang ou à pied dans le marais.

Marais du Cousseau
Etang du Cousseau

Le marais et l’étang du Cousseau

Des premiers résultats encourageants : les poissons sont au rendez-vous !

Les premiers résultats sont encourageants. Les entrées de poissons observées lors des suivis de la passe ont permis de montrer le franchissement de nombreuses espèces allant des poissons blancs (gardons, rotengles, brèmes, ablettes, tanches), aux carnassiers (perches communes, géniteurs de brochet venant se reproduire sur la réserve) et de très nombreuses anguilles (anguillettes et anguilles jaunes colonisant ces milieux pour effectuer leur phase de croissance).

brocheton

Brocheton de l’année

Perche commune

Une jolie perche commune

Jeunes anguilles jaunes et un gardon

Jeunes anguilles jaunes et un gardon

Equipe en pêche électrique

Une équipe de la fédération en pêche électrique dans le marais

L’inventaire en marais a permis la capture de brochetons de l’année mais aussi d’alevins de cyprinidés (poissons blancs) témoignant de la bonne reproduction sur ces milieux moins profonds mais bien végétalisés.

Ces premiers résultats confirment le rôle clé des milieux préservés de la réserve comme frayère, nurserie et zone de croissance/alimentation.

L’écrevisse de Louisiane, espèce exotique classée nuisible est par contre toujours bien représentée et constitue toujours un impact non négligeable sur ces habitats fragiles et sur les espèces qui les peuplent.

La réserve produit des poissons de qualité et alimente ainsi les lacs et le canal des étangs, les poissons se déplaçant. Ses milieux contribuent ainsi au maintien de la ressource piscicole et indirectement au développement halieutique sur les lacs.

La prochaine session d’inventaire est prévue pour juin et les prospections seront axés sur l’étang et les 2 canaux principaux de la réserve. Les résultats seront comparés avec ceux obtenus en 2008.

Nous essaierons de répondre aux principales questions : y a-t-il eu une évolution en dix ans et les travaux réalisés par les gestionnaires ont-ils portés leurs fruits ?

Les partenaires

POISSON_FDAAPPMA_P&PA
sepanso
RNN cousseau
lacs medocains

Crédits photos : FDAAPPMA 33

Voir aussi

peche bordeaux lac

Découvrez la pêche gratuitement cet été à Bordeaux Métropole !

Feedback