lundi 6 juillet 2020

La « reconquête » en cours d’une annexe hydraulique de la Garonne à Saint-Macaire !

Identifié depuis plus de 10 ans par la Fédération de Pêche et de Protection des milieux aquatiques comme milieu potentiellement intéressant pour l’accueil de la faune piscicole, une annexe hydraulique à Saint-Macaire en bordure de Garonne est en cours de restauration dans le cadre d’un contrat Natura 2000.

Retour sur le contexte

En 2018, le Syndicat Mixte d’Etudes et d’Aménagement de la Garonne, structure animatrice du site Natura 2000 de la Garonne en Nouvelle-Aquitaine, avait contacté ses partenaires pour réfléchir sur des actions qui pourraient être menées sur la Garonne et ses annexes hydrauliques. La Fédération de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques de Gironde a donc pris contact avec les animateurs Natura 2000 pour proposer le site de Saint-Macaire et pour se faire accompagner dans la signature de ce contrat.

Le site se situe au pied de Saint-Macaire, en rive droite de la Garonne. Il est situé sur une ancienne ile de la Garonne, dont le bras secondaire a aujourd’hui disparu. La zone, concernée par les travaux, a subi de profondes modifications dans le temps, avec notamment un projet d’exploitation de gravière dans les années 90 qui n’a jamais abouti.

Localisation du site de St Macaire et des habitats en présence

Ce site, d’une surface d’environ 3 hectares est composé d’une mosaïque d’habitats humides dont trois habitats d’intérêt communautaire (végétation sur berges vaseuses, mégaphorbiaie des ourlets eutrophes et forêt alluviale à frêne élevé), d’un bras mort, d’une mare et d’une prairie en cours de boisement. L’objectif de ce contrat est de restaurer l’ensemble de ces milieux pour les rendre plus fonctionnels et donc plus favorables à la biodiversité et notamment à l’accueil du poisson (zone de refuge, croissance ou de reproduction jouée par l’annexe hydraulique).

entrée de l’annexe hydraulique
l’annexe hydraulique encombrée par les bois
la mare en cours de boisement
la prairie à l’abandon en cours de boisement

Après la rencontre du propriétaire et de la commune et d’un diagnostic écologique réalisé par un bureau d’étude et par la Fédération de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques de la Gironde, les actions à mener sur le site ont été définies, pour restaurer ses fonctionnalités, ses habitats et favoriser ou conserver l’accueil des poissons et de différentes espèces animales et végétales d’intérêt européen.

la bouvière observée sur le site en 2018
l’ablette observée sur le site en 2018

Ainsi une fois le plan d’actions établi et concerté avec les acteurs locaux, le dossier Natura 2000 a été déposé auprès des services de l’Etat en juillet 2019. Ce contrat Natura 2000 permet de financer, avec des fonds Etat et Européens, l’intégralité des travaux prévus sur les cinq années du contrat.

Les objectifs des travaux de 2019 à 2023

L’objectif du projet est d’ouvrir ce milieu en cours de boisement et de fermeture, afin de :

  • Restaurer la fonctionnalité des milieux, dont celle de l’annexe hydraulique pour créer des habitats favorables aux espèces piscicoles comme les cyprinidés, l’anguille voire le brochet et le sandre.
  • Favoriser la biodiversité faunistique et floristique, les habitats d’intérêt européen et la présence d’espèces protégées comme l’Angélique des estuaires.
  • Restaurer la diversité des milieux, et notamment en réouvrant la prairie et en empêchant sa fermeture dans le futur.
  • Contenir et éviter la dispersion des espèces exotiques envahissantes dont l’érable négundo, un arbre envahissant originaire de l’est de l’Amérique du Nord.
  • Lutter contre la pollution du paysage et la pollution chimique induite par la présence de déchets.

Ainsi plusieurs actions ont été définies et programmées pour 5 ans (2019-2023) pour répondre à ces objectifs.

Retour sur les travaux réalisés ou à venir en 2019

Ainsi entre le 14 et 18 octobre dernier, l’entreprise Vetillard est intervenue pour créer un chemin d’accès à la zone qui était jusque-là impénétrable pour la réalisation de travaux.

Avant travaux
Après travaux

Puis l’entreprise a abattu l’ensemble des arbres présents sur la future prairie et a croqué les souches sous le niveau de la terre ; ceci pour éviter la repousse des arbres afin que cette zone puisse être fauchée tous les ans par le propriétaire à partir de 2020.

La prairie à l’abandon avant travaux

La prairie après travaux

Les déchets et les arbres morts situés dans l’annexe hydraulique ont été retirés.

Avant l’enlèvement des troncs d’arbres morts gênants dans l’annexe hydraulique
Après l’enlèvement des troncs d’arbres morts gênants dans l’annexe hydraulique

Puis le 4 novembre, une plantation de saules avec les lycéens du lycée agricole de Bazas et le SMEAG sera réalisée à l’embouchure de l’annexe hydraulique avec la Garonne afin de :

  • stabiliser le banc de vase qui s’est formé et conserver une unique entrée d’eau avec la Garonne,
  • limiter l’envasement de l’annexe,
  • et favoriser l’habitat à l’Angélique de l’Estuaire
zone de plantation des saules

Voir aussi

A l’ouverture du carnassier en Gironde, les sandres ont déjà frayé !