jeudi 22 octobre 2020

Le pseudorasbora, une espèce invasive et pathogène

Petit poisson blanc originaire d’Asie de l’Est, le pseudorasbora est arrivé en France autour des années 1970. En Gironde, les premières données remontent aux années 2000. D’apparence inoffensif pour nos cours d’eau et les autres poissons, il est aujourd’hui au centre de très nombreuses études scientifiques. En cause, le parasite qu’il transporte avec lui : l’agent Rosette.

En 2019, la Fédération a participé à une étude nationale (OFB-IRD) d’amélioration des connaissances sur ces impacts en récoltant des échantillons de poissons.

Retour, sur ce poisson et son parasite en France et en Gironde.

Mais qui sont-ils ?

Le pseudorasbora (Pseudorasbora parva)

Pseudorabora parva
Pseudorabora parva

Le pseudorasbora (Pseudorasbora parva), aussi appelé Goujon asiatique, est un petit poisson blanc dont la taille dépasse rarement les 11 cm. A la croissance rapide, il est très opportuniste et se retrouve dans des milieux très variés. On le reconnait facilement grâce à sa bouche vers le haut, la bande noire le long de ses flancs et ses reflets violets.

Il est présent quasiment partout en Gironde sauf sur les affluents du bassin d’Arcachon, le bassin versant de la Leyre et des lacs médocains.

L’agent Rosette

Agent Rosette coloré vu au microscope dans un foie de poisson (source : R. Golzan)

L’agent Rosette (Sphaerothecum destruens) est un parasite mi-animal mi-champignon. Il est porté par le pseudorasbora. Chez ce poisson, le parasite n’a pas d’impact. En revanche, chez d’autres espèces de poissons, le parasite va propager une mycose interne et causer des dommages pouvant aller jusqu’à la mort du poisson atteint.

L’Agent Rosette bien présent en France et en Gironde :

Sur les 15 sites étudiés en France dans le cadre de l’étude OFB-IRD, l’Agent Rosette a été détecté sur 8 sites. Mais attention, s’il n’est pas détecté, cela ne veut pas dire qu’il n’est pas présent … des concentrations faibles peuvent passer inaperçues !

En Gironde, les prélèvements ont été faits sur la Saye (affluent de la Dordogne) par la Fédération. La présence de l’Agent Rosette a malheureusement bien été révélée.

Localisation des sites d’étude en France (source : Golzan R. E., 2019)
Localisation des sites d’étude en France (source : Golzan R. E., 2019) Légende : En rouge : Présence confirmée de l’agent Rosette En jaune : Présence non confirmée de l’agent Rosette

Certaines espèces locales sont atteintes par le parasite :

Les études menées ont démontré que plusieurs espèces locales de France et de Gironde peuvent être atteintes par le parasite.

Ces espèces sont :

Vairon
Gardon
Rotengle
Brème
Saumon Atlantique
Truite arc-en-ciel
Truite Fario
Ablette
Bouvière
Goujon
Carpe

En revanche, le parasite n’a pas été détecté chez d’autres espèces : Perche, Chevaine, Anguille, Carassin, Barbeau fluviatile, Toxostome (présence rare en Gironde), Hotu (non présent en Gironde).

Quels impacts sur les populations de poissons ?

Rodolphe E. GOLZAN (Directeur de Recherche à l’IRD), décrit le pseudorasbora comme « Petit par la taille, grand par le désastre écologique et économique qu’il provoque ».

Le parasite qu’il transporte entraine une mortalité lente et ponctuelle des poissons locaux. Il n’y a pas de mortalité massive et rapide des poissons, facilement repérable. L’effet du parasite est alors sournois et passe inaperçu.

Pourtant des constats alarmants sont tirés. Dans le monde, 2 études montrent un impact lourd de ce parasite avec :

  • Une mortalité forte (jusqu’à 90 %) des saumons Chinook Oncorhynchus tshawytscha et Atlantique Salmo salar des fermes aquicoles californiennes,
  • Un déclin rapide (en 3 ans seulement) des populations locales de poissons sur un bassin versant au sud-est de la Turquie, pratiquement jusqu’à leur extinction, (le nombre des individus ayant chuté de 80 à 90 %)

En France et en Gironde, la régression de certaines populations de poissons peut potentiellement être liée à ce parasite, sans que nous le sachions encore.

Tous acteurs contre la diffusion du pseudorasbora et de l’Agent Rosette en Gironde

Suite à l’arrêté du 14 février 2018 relatif à la prévention de l’introduction et de la propagation des espèces animales exotiques envahissantes sur le territoire métropolitain, il est interdit de détenir, de transporter et de vendre le pseudorabora.

Ne conservez jamais de pseudorasbora vivant ou mort.

– Leur utilisation en tant qu’appât ou amorce (vivants ou morts) destiné à la capture de carnassiers ou autres est interdite.

Ne transvaser pas de poissons vivants d’un cours d’eau à un autre. Si vous attrapez accidentellement un pseudorasbora pendant que vous pêchez, vous devez le détruire. Ne le remettez pas à l’eau.

Veiller à vidanger l’eau du vivier, du bateau, de la cale, etc. avant de quitter un plan d’eau ou un cours d’eau.

Ces gestes sont particulièrement importants pour empêcher son apparition sur les Lacs médocains, la Leyre et les affluents du bassin d’Arcachon.

Pour en savoir plus : http://especes-exotiques-envahissantes.fr/wp-content/uploads/2019/12/rapport-rosetta-2019-final-edite.pdf

Voir aussi

Offre d’automne : cartes de pêche à -50%