jeudi 5 août 2021

Frayères artificielles, les bons résultats de 2019 se poursuivent en 2020

Depuis 2016, la Fédération de pêche installe des frayères artificielles sur des plans d’eaux du département, avec des moyens financiers limités mais avec des résultats très probants.

Pourquoi des frayères artificielles ?

Les conditions naturelles de certains plans d’eau (milieu sableux, argileux…) ou leurs aménagements anthropiques et historiques (usage pour l’irrigation ou la production de granulats…) limitent parfois la diversité d’habitats favorables à la faune piscicole.

Ainsi, la mise en place de frayères présente un double intérêt, biologique d’une part avec un renouvellement ou une amélioration de la reproduction naturelle des espèces dans les étangs, et halieutique, pour la pratique de la pêche grâce à la pérennisation naturelle des populations de poissons, en essayant sur du long terme de limiter les alevinages.

Les suivis sont réalisés une fois par semaine sur chaque plan d’eau dans la période allant de février à juillet. Les suivis se font par caméra subaquatique, à bord du bateau ou sur float tube.

bateau
sondeur

Plusieurs paramètres sont suivis :

  • La température de l’eau qui est le facteur important chez la plupart des espèces.
  • La turbidité, qui peut avoir une influence sur la fréquentation des espèces sur les frayères (luminosité).
mesure
  • Les variations des hauteurs d’eaux (appelé marnage) lors des différents suivis.
  • La pression atmosphérique qui joue un rôle prépondérant sur la reproduction du sandre.

Pour l’année 2020, trois plans d’eaux ont été suivis :

Pour chacun d’entre eux nous avons réalisé des apports de 2 types de frayères artificielles :

  • Panneau de brande (1×1 m) lesté dont la durée de vie est de 3 ans environ que l’on place dans des hauteurs d’eau avoisinant les 2 à 3 m. Ces frayères à brande de pins peuvent avoir plusieurs utilités suivant leur disposition dans la colonne d’eau ou sur le fond :
    • Pour cibler l’espèce sandre, les frayères sont lestées avec du treillis soudé et sont déposés sur le sédiment.
    • Pour cibler des espèces de type gardon, brème ou rotengle, ces brandes sont déposées dans la colonne d’eau en mode « Pyramidal ». La brande peut donc être utiliser soit par les géniteurs pour la reproduction, soit par les alevins ou juvéniles de poissons pour se cacher des éventuels prédateurs.
frayère pyramidale
frayère artificielle

Panneau de brande en mode « pyramidal » à gauche, et lestées pour être déposés sur le substrat

  • Frayère dite « synthétique » qui sont des brins en suspension dans la colonne d’eau (flotteur + plomb) qui permette d’avoir un support de ponte appréciable par les poissons blancs et les carpes.
frayère synthétique

Très bons résultats 2020 sur les trois plans d’eaux suivis

Les trois plans d’eaux suivis en 2020, ont montré globalement de très bons résultats. Le détail est précisé par espèce :

Pour le sandre => reproduction observée sur 2 des 3 plans d’eaux suivis :

  • L’occupation des frayères à sandres est de 100 % sur l’étang de la Petit Font et sur celui de Saillans. La reproduction sur les deux sites s’est globalement réalisée début avril (entre le 3 et le 4 avril d’après les estimations) et plus aucune donnée sur les nids à partir du 6 mai (ni géniteurs ni œufs).
  • La température n’est pas le seul déclencheur de la ponte comme sur d’autres espèces, mais plutôt une variation de la pression atmosphérique.

La brème => reproduction observée sur 3 des 3 plans d’eaux suivis :

  • Première espèce à se mettre en évidence sur les frayères artificielles flottantes et brande pyramidale. Les premiers œufs sont observés vers le 20 avril.
  • La brème pond de nombreux œufs par kilo, d’où une quantité impressionnante déposée sur les frayères artificielles.
  • Sa ponte est liée à la température (12°C) et elle doit être stable durant au moins de 3 à 5 jours.
ponte brême

Le gardon et le rotengle => reproduction observée sur 3 des 3 plans d’eaux suivis :

  • La ponte du gardon reste assez étalée sur le temps et les premiers œufs ont été observés début mai.
  • La température est plus élevée que pour la brème (environ 18 – 20 °C).
  • Tout comme la brème, il faut un maintien sur plusieurs jours d’une température autour des 18 – 20 °C, sinon la fraie n’a pas lieu.
ponte

La carpe => reproduction observée sur 3 des 3 plans d’eaux suivis :

  • Espèce la plus tardive à se mettre en action, avec une reproduction qui débute vers le 20 juin.
  • Sa reproduction est étroitement liée à la température de l’eau (> 25 °C). Tout comme les autres cyprinidés, il lui faut également plusieurs jours à une température constante pour déclencher la ponte.

La ponte s’est étalée jusqu’au 10 juillet (dernière observation d’œufs).

Le graphique ci-dessous, retranscrit les différentes données étalées dans le temps :

Le graphique ci-dessous est un condensé des informations relevés sur l’ensemble des plans d’eaux suivis en fonction de la température de l’eau en 2020.

Frayères artificielles : les suivis prévus en 2021

Pour 2021, plusieurs projets vont voir le jour, et les premières bases des projets de 2022 vont être lancés avec :

  • Les suivis des plans d’eaux de Latresne, Saillans et Petit Font.
  • La mise en place de frayères artificielles en brandes (pyramidale) sur le Lac vert de Canéjan (pour cibler les cyprinidés) avec l’AAPPMA des Pêcheurs de l’Eau Bourde.
  • La mise en place de frayères flottantes sur l’étang de la Chataignère à St-Avit-saint Nazaire (AAPPMA de la Gaule Foyenne).
  • Le suivi de frayères à sandres sur le lac de Carcans-Hourtin (AAPPMA de Carcans).
  • La réalisation de la bathymétrie du lac des 5 chemins à Abzac (AAPPMA des pêcheurs Abzacais) et de l’étang de la Garde aux Sablons (AAPPMA Petit-Pêcheurs de St Denis) pour la mise en place de frayères artificielle en 2022.

Prêt à franchir le cap, n’attendez plus !

Cette initiative de la Fédération a également pour but de promouvoir ce type d’opération auprès des AAPPMA volontaires sur les plans d’eaux artificiels ou les cours d’eau fortement perturbés qu’ils ont en gestion, en respectant les préconisations des schémas directeurs de la Fédération (le Plan Départemental pour la Protection des milieux aquatiques et la Gestion des ressources piscicoles et le Schéma Départemental de Développement du Loisir Pêche).

Les bénévoles de l’AAPPMA des Pêcheurs de l’Eau Bourde sont à pied d’œuvre pour la confection des frayères artificielles.

Si vous êtes bénévoles d’AAPPMA et que vous voulez réaliser ce type d’intervention sur votre secteur de gestion, n’hésitez pas à contacter nos services pour obtenir un conseil technique sur ce type d’installation.

Pour 2021 et 2022, dans le cadre du projet associatif lancé par la Fédération, on pourra mutualiser les moyens pour la fabrication de frayères artificielles (achat en gros et mise en place de chantier participatif avec les bénévoles d’AAPPMA).

Alors n’attendez plus et prenez contact avec le service technique de la Fédération ou rapprochez-vous de Frédéric Lafitte, chargé d’étude piscicole.

En 2022, de nouvelles étapes !

Au travers des différents témoignages des AAPPMA, cette thématique des frayères artificielles va évoluer. Pour cela, le service technique de la Fédération réfléchi à d’autres idées, notamment aux développements de cache ou d’abris pour protéger tous ces alevins produits sur les frayères artificielles. Pour terminer, sur les petits plans d’eaux, une réflexion est menée également sur la protection des espèces (petit poisson blanc notamment) contre le prédateur redoutable qu’est le cormoran. L’AAPPMA de la Gaule Foyenne et d’autres Fédérations de pêche comme celle de la Dordogne ont créé des abris (des cages) à poisson à l’intérieur de leur étang pour limiter la prédation du cormoran.

Affaire à suivre…

Voir aussi

Cet été, découvrez la pêche avec notre moniteur à Carcans !