lundi 27 juin 2022

La lac du Moutchic à Ambès : la Mairie et la Fédération revalorisent le site !

Depuis plusieurs années, la Mairie d’Ambès et la Fédération de pêche de Gironde s’investissent sur le lac du Moutchic dans un objectif commun de revalorisation du site afin de satisfaire les pêcheurs et les promeneurs.

DES ACTIONS CONCRETES SUR LE PARC DE CANTEFRENE

Le parc de Cantefrêne dans la commune d’Ambès, situé entre la Garonne et la Dordogne accueille trois plans d’eau : le Moutchic et les Tonnes, qui sont alimentés par la Garonne et le lac Maurice. Ce parc qui s’étend sur plus de 80 hectares, est un espace de convivialité et de pratiques sportives, dont la pêche fait partie intégrante. La Fédération a établi une convention avec la mairie pour l’activité pêche sur le lac des Tonnes et le lac du Moutchic, avec la possibilité sur ce dernier de pratiquer la pêche en Float-tube. Depuis 2018 et pour les années à venir, la Fédération ne cesse d’investir des moyens humains et financiers pour participer à ce projet de revalorisation.

Depuis plusieurs années, les élus de la mairie d’Ambès ont décidé d’aménager ce parc en mettant l’accent sur sa fonction paysagère et usagère, à travers la requalification des voiries extérieures et cheminements intérieurs du parc, ainsi que l’aménagement des berges des lacs. L’idée directrice du projet étant de préserver et valoriser l’ensemble de cet espace naturel mais aussi d’améliorer la convivialité du site. Les travaux ont commencé en 2020 et finiront en 2025.

Retour sur les actions de connaissance, d’aménagements et de gestion menées sur le lac du Moutchic 

Bathymétrie et résultats des analyses eau/sédiment

En 2018, la Fédération a mis en œuvre sur le lac :

  • Un profil bathymétrique à l’aide d’un échosondeur, nécessaire pour connaître notamment la position, la profondeur ou encore le nombre de prélèvements et de mesures à effectuer
  • Une relève de l’état des berges et de la végétation à l’aide d’un protocole normé.

En 2018 et trois ans plus tard en 2021, nous avons également réalisé une fois par saison :

  • Des mesures physico-chimiques dans la colonne d’eau (température, pH, oxygène et transparence),
  • Des prélèvements d’échantillons d’eau et de sédiments pour effectuer des analyses chimiques en laboratoire,
  • Des prélèvements de phytoplancton (base de la chaîne alimentaire et bon intégrateur de la qualité physico-chimique en milieu aquatique) analysés en laboratoire

L’ensemble des résultats sont présentés dans la figure ci-dessous pour 2018 (année N) et 2021 (année N+3) :

CompartimentClasse Année de suivi NClasse Année de suivi N+3Elément (s) déclassant (s)
Physico-chimie eauMauvaiseMauvaiseAmmonium en 2018 et 2021
Physico-chimie sédimentsMoyenneMoyenneAmmonium en 2018 / Carbonne organique et phosphore total particulaire en 2021
BiologieBonneTrès bonne/
HydromorphologieBonne qualité hydromorphologique globale / Enrochement sur la partie Nord du plan d’eau et léger compactage sur les rives Nord Est et Nord Ouest
  • D’un point de vue physico-chimique : ce plan d’eau a été diagnostiqué en mauvais état en raison de la forte concentration en Ammonium mesurée dans l’eau interstitielle des sédiments. Sa présence pénalisante reste difficile à expliquer mais traduit un processus de dégradation incomplet de la matière organique. Un autre paramètre déclassant est la chute du niveau d’oxygène au fond du lac lors de la période estivale, pouvant avoir un impact sur la faune piscicole. D’autre part sa faible transparence témoigne d’un niveau trophique élevé (et donc avancé dans l’évolution naturelle d’un plan d’eau pouvant être accéléré par les activités humaines). Il est malheureusement souvent difficile d’agir directement sur ces paramètres afin d’améliorer la qualité physico-chimique du plan d’eau.
  • Au niveau biologique : le phytoplancton du plan d’eau est en revanche de bonne qualité.
  • Du point de vue des habitats rivulaires (hydromorphologie) : le plan d’eau présente de belles zones à hélophytes, particulièrement le long de la rive Ouest du plan d’eau.

Inventaire piscicole scientifique par engin passif en septembre

A la fin de l’été 2022, la Fédération procèdera à des inventaires piscicoles par engins passifs (verveux notamment) sur le lac du Moutchic dans le cadre d’un projet pluriannuel piloté par Bordeaux Métropole. Consciente de l’importance de son patrimoine naturel, Bordeaux Métropole souhaite mettre en place une stratégie pour la biodiversité dans le cadre de son développement. Une meilleure connaissance de la biodiversité aquatique, présente ou qui pourrait être abritée en milieu urbain ou péri-urbain (rivière et lacs) et la compréhension du fonctionnement de ces écosystèmes particuliers, sont fondamentales.

Les résultats de ces inventaires pourraient également permettre à la Fédération d’orienter la gestion piscicole (empoissonnement) et les aménagements (restauration d’habitats, frayères artificielles…) sur ce plan d’eau.

Diversification des habitats

Sur le lac du Moutchic, la Mairie a entrepris le projet de végétalisation des berges, la réfection du cheminement autour du lac, la réalisation d’une aire de pique-nique mais aussi, la mise en place de panneaux flottants végétalisés participant à la diversification des habitats pour les poissons en tant que zone de refuge et de reproduction. Par ailleurs, la Mairie participe à la re-végétalisation des berges avec des boudins coco dans lesquels des graines d’hélophytes (iris carex…) sont implantés.

Mise en place de frayères artificielles

En 2022, 6 panneaux de brande (1×1 m) lestés ont été placés par la Fédération sur le lac du Moutchic (et 4 à l’étang des tonnes) dans des hauteurs d’eau avoisinant les 2 à 3 m. La mise en place de frayères présente un double intérêt :

  • Biologique d’une part avec une amélioration de la reproduction naturelle des espèces dans les étangs (principalement le sandre dans le cas des panneaux de brande),
  • Et halieutique, pour la pratique de la pêche grâce à la pérennisation naturelle des populations de poissons,

Les suivis sont réalisés une fois par semaine sur chaque plan d’eau dans la période allant de février à mai. Les suivis se font par caméra subaquatique. Les frayères à brande de pins dans le lac du Moutchic ont été utilisées en 2022 par le sandre avec une observation de ponte et de géniteurs à partir du 11 avril 2022.

Empoissonnement au Moutchic

L’idée directrice de ces empoissonnements est d’orienter la pêche vers un pôle carnassier facile à parcourir du bord comme en float tube.

Ainsi la saison 2022 a démarré avec un alevinage en brochets et sandres pour un poids total de 70 kg déversés sur le lac du Moutchic. En 2021 ce sont 20 kg de black bass qui avaient été alevinés sur le lac. Les années précédentes, des gardons des perches et des brochets avaient été lâchés et on observe aujourd’hui leur présence régulièrement.

UN SITE SURVEILLE CONJOINTEMENT PAR LE GARDE CHAMPETRE COMMUNAL ET PAR LA FEDERATION 

Depuis 2 ans, un garde champêtre assure en permanence la surveillance du site. Sa présence renforce largement les nombreuses sorties de notre garderie fédérale qui rayonne régulièrement sur ce secteur. Sous l’autorité directe du Maire d’Ambès qui le commissionne, le garde champêtre fait partie des fonctionnaires territoriaux de la filière « sécurité » et au cadre d’emploi de la police municipale, au sens des pouvoirs de police du Maire. Au sein de la police française, il fait partie des forces de sécurité intérieure et il est spécialement affecté à la police rurale dont les attributions judiciaires relève du code de l’environnement (rédaction de procès-verbaux relatifs à la chasse et la pêche notamment), du code forestier (gestion des déchets, incendie), du code de la route (police de la route), du code de l’urbanisme (police de l’urbanisme et du bruit) et du code des collectivités territoriales (circulation de chiens dangereux entre autres).

Voir aussi

Réhabilitation de l’ouvrage de Grattequina sur la Jalle de Blanquefort