lundi 28 novembre 2022

Continuité écologique : des travaux sur le Guy

Le SMBV Pointe Médoc a réalisé un nouvel aménagement dans la partie amont du Guy afin de restaurer la continuité écologique sur ce cours d’eau.

Le port de Goulée exutoire du chenal du Guy (© FDAAPPMA33)

Direction : la pointe du Médoc !

Le Guy est un affluent rive gauche de l’estuaire de la Gironde. Situé vers la Pointe du Médoc, son cours principal est constitué de trois tronçons nommés respectivement, de l’aval vers la source, Chenal de Guy, Jalle de Lhervault et Maillarde. La Maillarde se situe en limite des communes de Lesparre-Médoc et de Saint Germain d’Esteuil.

Après un parcours de 23 km, le Guy rejoint l’estuaire au Port de Goulée (commune de Jau-Dignac-et-Loirac). Le bassin versant s’étend sur une superficie de 164 km².

Le Guy, un axe migrateur

Le Guy présente des enjeux forts vis-à-vis de la libre circulation des poissons migrateurs (anguille, lamproie marine et lamproie fluviatile). Cet axe comprend aussi des ouvrages hydrauliques qui peuvent s’avérer plus ou moins bloquants pour la continuité écologique.

Une étude de projets d’aménagements opérationnels était lancée, à partir de 2014 sous maîtrise d’ouvrage du Syndicat Mixte des Bassins Versants de la Pointe Médoc (ou SMBVPM). Elle concernait quatre ouvrages dont un ouvrage à marée situé en Zone d’Action Prioritaire anguille.

Grâce à des financements apportés par l’Agence de l’Eau Adour Garonne et le Département de la Gironde, l’opération pouvait commencer.

Le bassin versant du Guy (source SMBVPM)

Actions entreprises et programmées  

L’ouvrage à marée du Port de Goulée constituait le premier obstacle. Il a été équipé d’une vantelle en 2015. La vantelle est une petite vanne coulissante placée sur le ventail d’une des portes à flot. Lorsque ces portes se referment automatiquement à marée haute, la vantelle permet une pénétration de l’eau vers l’amont. Son ouverture est calibrée afin de ne pas créer un débordement du chenal et une inondation des terres environnantes. Cette « fenêtre » profite aux poissons venant de l’estuaire qui peuvent ainsi gagner l’amont.

Les portes à flot du chenal du Guy avec une des portes équipée d’une vantelle avec grille de protection (© FDAAPPMA33)

Le deuxième obstacle se situe au lieu-dit « Le Pointon » à 10 km en amont de la Porte à Flot. Cet ouvrage constitue la limite amont de la zone réservoir permettant de faire monter de l’eau salée et de réaliser des lâchers hydrauliques indispensables à l’entretien de l’exutoire au Port de Goulée.

L’ouvrage est surmonté du carrefour routier des routes communales du Pointon-Nord et du Badet.

L’ouvrage du Pointon comporte deux vannes. Elles permettent de maintenir un certain niveau d’eau amont pour l’alimentation des marais de Lesparre.

Le projet d’aménagement devrait se concrétiser en 2023. Il s’agira d’aménager au niveau du seuil une passe multi-espèces ainsi qu’une autre passe spécifique à l’anguille.

Le seuil du Pointon de Jalle de Lhervault vue depuis l’aval (© Ecogea 21-09-2021) et depuis l’amont (© FDAAPPMA33 10-05-2021)

Les deux autres ouvrages concernés sont les ouvrages de la Cascade et du moulin de Raynaud. Ils sont indissociables hydrauliquement. Le premier est situé à la défluence entre les cours d’eau le Zic et la Maillarde et le second en aval sur le bras du Zic. Les deux ouvrages se trouvent à environ 18 km en amont de l’embouchure.

Le Zic alimente par déversement la Maillarde (cours originel) par le biais du seuil de la Cascade. A l’origine, l’eau s’écoulait principalement dans la Maillarde. Le bras droit (dit du Zic) était un bras secondaire. Ce fonctionnement aurait été modifié au XVIIIème siècle pour alimenter le moulin de Raynaud. Désormais, la Maillarde est alimentée par surverse en hautes eaux.

Les deux bras au droit du seuil se rejoignent en aval de Lesparre-Médoc où le cours d’eau devient le chenal de Lhervault.

La gestion hydraulique des vannes au moulin conditionne dans certaines conditions hydrologiques, la répartition des eaux entre les deux bras.

Le seuil de la Cascade (© FDAAPPMA33 21-09-2021) et le seuil du moulin de Raynaud (© Ecogea 21-09-2021)

Dans cette partie amont du bassin versant, l’objectif est d’assurer le franchissement piscicole de la Maillarde au niveau du seuil de la Cascade. L’aménagement opérationnel retenu vise à garantir un écoulement dans les deux bras. Il s’est fait dans l’emprise du seuil actuel afin de limiter les coûts d’investissements.

Le seuil de la Cascade a été partiellement arasé et équipé d’une rampe en enrochements rustique dans laquelle la pose de pierres et de blocs constitue la rugosité générale et uniformément répartie. Une rampe spécifique à anguilles équipée d’un substrat de reptation est aussi à mettre en place.

Le seuil de la Cascade aménagé avec une rampe rustique le 12 octobre 2022 (© SMBVPM)

Financements

  • Agence de l’Eau Adour Garonne
  • Département de la Gironde

Documents sources

  • ECOGEA, mars 2020. Etude complémentaire continuité écologique du seuil de la Cascade du Moulin de Raynaud – Projet d’aménagements. Rapport n° E 190257 (PRO)
  • ECOGEA, mai 2022. Etude complémentaire continuité écologique du seuil de Pointon sur la Jalle de Lhervaud – Projet d’aménagements. Rapport n° n° E 210357 (PRO)

Voir aussi

Résultats du Master de la Gironde 2022 aux Dagueys