samedi 21 mai 2022

Poissons et pêche : découvrez l’Isle!

Venez à la rencontre de M. Guillet, pêcheur multi-espèces sur l’Isle depuis une quarantaine d’années. En partenariat avec Nicolas (responsable développement pêche), Fred (hydrobiologiste) et Maxime (animateur environnement) de la Fédération de Pêche et de Protection des milieux aquatiques, venez découvrir ce parcours de pêche en rivière très intéressant du département de la Gironde !

>>Fred : Bonjour, Monsieur Guillet (pêcheur local), pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

M. Guillet : Je me présente, je suis Bruno Guillet, président de l’AAPPMA des pêcheurs Abzacais depuis 2008, AAPPMA que j’ai créée avec deux autres personnes, Messieurs Sébastien Le Floch et Christian Loches.

En 2008 sur l’Isle, plus aucune manifestation de pêche, plus aucun entretien des accès à la berge pour pêcher et d’alevinage n’étaient effectués. Certains affluents, comme le Palais, que nous avons en gestion aujourd’hui était tombé dans l’oubli. La mairie d’Abzac possédait également un lac qui n’était pas géré. En lien avec Monsieur le Maire, nous avons ouvert la pêche sur le lac des 5 chemins et nous avons réouvert les parcours sur l’Isle et le Palais. 

C’est à ce moment-là que l’AAPPMA fut créée, avec l’aide de la Fédération et de son ancien président, M. Sibuet la Fourmi.

Avec très peu de finance la première année pour commencer, et juste quelques bénévoles, nous avons vendu environ 300 cartes et nous avons commencé à investir dans du matériel pour les nettoyages. Les premiers alevinages sur les cours d’eau et le lac ont pu commencé et nous avons relancé la pêche à la truite sur le Palais. Nous avons monté un Atelier Pêche Nature (APN) et nous participons chaque année au concours fédéral. Nous réservons tous les ans un parcours pour les moins de 12 ans sur le ruisseau. France 3 est même venu filmer l’ouverture de la truite à Abzac.

Le nombre de pêcheurs n’a de cesse de progresser et les bénévoles sont de plus en plus nombreux, nous permettant d’entretenir et de créer de nouveaux postes de pêche et qui nous a permis d’organiser nos premiers concours de pêche sur l’Isle. En terme d’adhérent, nous atteignons aujourd’hui les 1000, ce qui montre que nous faisons du travail de qualité.

Un club de carpistes (l’UCA) est venu se greffer à notre association, permettant d’organiser des enduros carpes sur l’Isle et sur le lac des cinq chemins. Une section feeder existe aussi avec laquelle nous organisons des concours, des initiations et plusieurs sorties pêche.

Depuis peu, une autre association est venue nous rejoindre, les VIP (Vallée de l’Isle Pêche), qui sont licenciés à la FFPS (Fédération Française de Pêche Sportive) et qui organisent des concours de pêche au coup sur nos biefs.

Les biefs, notre association en possède 2 sur l’Isle. Le B7 qui démarre du barrage de Laubardemont jusqu’au barrage d’Abzac et le B6 du barrage d’Abzac jusqu’au barrage de Penot sur la commune d’Abzac. Sur les deux biefs, nous possédons une cale à bateau, ce qui permet aux pêcheurs au coup ou aux carnassiers de naviguer sur tout le parcours.

Cette année un enduro carpe et une manche pour le float tour Gironde seront organisés sur nos biefs.

>> Fred : Que pêchez-vous sur l’Isle et parlez-nous de votre approche de la pêche sur ce cours d’eau ?

M. Guillet : Dans l’ensemble je suis un opportuniste, en fonction de la saison, du niveau de l’eau et du temps, je m’adapte et je pêche dans différents lieux avec différentes techniques.

En Hiver, je pêche beaucoup le carnassier au poisson mort posé ou au vif pour le brochet et les perches. L’Isle abrite beaucoup de carnassiers, il faut savoir les chercher et tendre ses lignes si possible à côté des arbres ou souches ou tout autre obstacle. Pour le poisson mort, je pêche uniquement avec des ablettes récupérées sur l’Isle au préalable, que je leste avec des olives adaptées au courant. Pour la pêche au vif, je pêche uniquement entre deux eaux avec une canne de 5 mètres et un bouchon que je bouge suivant le niveau d’eau. Les poissons avec lesquels je pêche sont le goujon, l’ablette et le gardon.

Pour l’ablette, il faut la pêcher avec de l’amorce de surface en rappelant sans cesse, en utilisant des appâts de type pinkies ou pâte. Mon secteur favori est le pont d’Abzac sur l’Isle, même si on la retrouve sur tout le linéaire.

Au printemps, les eaux sont souvent troublées par les précipitations, ce qui me donne envie de pêcher au coup avec une canne de 11 mètres avec asticots ou gozzers pour attraper des brèmes communes, des brèmes bordelières, des gardons ou des ablettes. Suivant la force du courant, il faudra de l’amorce compacte pour que les boules restent sur la zone de pêche.

En été, l’eau se réchauffe et le courant diminue. Je pêche très souvent les gardons et les ablettes à la pâte car je n’utilise plus d’amorce qui gave le poisson à cette période. Je vais aussi sur l‘Isle à St Denis de Pile ou à Guîtres, secteur soumis à marée pour pêcher au feeder. La pêche se passe à marée descendante, et il faut s’adapter aux conditions des marées (coefficient et horaire). Je pêche souvent à l’asticot ou au maïs doux qui me permettent d’attraper des gros poissons comme des brèmes, des carpeaux, des carassins et des barbeaux.

Autre style de pêche atypique, sur le barrage d’Abzac je pêche « à la mousse” comme disent les anciens. Il suffit de ramasser du limon sur le barrage et de l’accrocher à l’hameçon. Les gardons pendant la saison estivale en sont très friands et il m’arrive fréquemment de faire de belles bourriches de gardons ou de chevesnes.

En automne, les poissons sont souvent actifs car la baisse des températures et parfois les pluies rendent la pêche plus prolifique. Je cherche les endroits ou les herbiers sont encore présents car le poisson s’abrite à l’intérieur. Je pêche souvent au vif, juste à côté car les carnassiers ne sont jamais loin de ses bancs de poissons blancs. Dès les premières gelées, le petit poisson commence à se cacher, j’en profite alors pour pêcher le sandre, qui lui devient actif. Pour le sandre, que j’affectionne tout particulièrement, les touches se produisent souvent au lever du jour.

>> Fred : Bonjour Nicolas, en quelques mots, peux-tu nous présenter le parcours de pêche de l’Isle, et les différentes techniques que nous pouvons utiliser

Nicolas : Nous sommes ici sur la partie girondine de l’Isle. Entre Coutras et Saint-Antoine-sur-l’Isle, la rivière est segmentée par plusieurs barrages qui lui confèrent un caractère lentique (peu de courants). 

De nombreuses espèces de poissons d’eau douce sont présentes et une multitude de techniques sont possibles. On peut ainsi pêcher le brochet, mais aussi la perche, le black bass ou le silure du bord et en embarcation, que ce soit au leurre ou au “posé”.

La pêche au coup, qui a longtemps été la technique reine sur cette rivière, vous permettra de cibler les gardons, les tanches et tous les autres poissons blancs présents. Enfin, la pêche de la carpe est autorisée de jour comme de nuit sur l’ensemble du linéaire en amont du pont  SNCF de Coutras, avec de beaux spécimens sauvages à faire pour les amateurs. Le calme de cette rivière et sa diversité piscicole en font un lieu idéal pour pratiquer la pêche tranquillement quelle que soit la technique utilisée. A noter qu’un ponton adapté aux pêcheurs handicapés vient d’être installé au lieu-dit la Charbonnière à Saint-Seurin-sur-l’Isle.

Le graphique suivant vous présente également les alevinages effectuées ces 10 dernières années par la Fédération et les AAPPMAs sur l’ensemble de l’Isle girondine (sauf les affluents). Entre 2010 et 2020, un peu plus de 5 tonnes de poissons ont été alevinés dont 1,2 tonnes de carnassiers (brochet, sandre, black-bass et perche) et 4,8 tonnes de cyprinidés (carpe, tanche et gardon notamment).

>> Nicolas : Fred, peux-tu nous présenter les activités scientifiques que vous réalisez sur ce cours d’eau ?

Fred : Sur cette partie aval de l’Isle, classé en domaine cyprinicole avec comme espèce repère le Brochet, nous effectuons des inventaires poissons réguliers. Que ce soit sur les affluents de l’Isle, de la Saye, à la Barbanne en passant par le Courbarieu, nous avons un réseau assez dense de station d’inventaire que nous suivons tous les 3 ans pour certaines, et d’autres tous les 6 ans. Ceci nous permet d’évaluer l’état des masses d’eaux par l’intermédiaire du poisson, et de suivre l’évolution des peuplements et des populations.

Cette année, deux biefs de l’Isle seront pêchés, le premier en aval de l’ouvrage de Laubardemont, et le second en aval du pont de la commune de St Antoine sur Isle. Tous les 2 ans, l’Office Français de la Biodiversité réalise un inventaire sur le bief de St-Seurin-sur-Isle.

Les tableaux suivants vous présentent toutes les espèces recensées sur l’Isle et ses affluents (sauf le Saye et la Dronne) avec les abondances matérialisées par des symboles (++ très abondant, + peu abondant et – quelques individus) et leurs tendances d’évolutions depuis le début de nos suivis en 2010.

Tableau des espèces retrouvées uniquement sur l’Isle
barbeau fluviatile
grémille
Tableau des espèces retrouvées sur les affluent de l’Isle (partie girondine), sauf la Saye et la Dronne

Autre thématique suivie par nos soins, les frayères à Brochets. Depuis 2012, la Fédération s’est engagée à identifier des zones susceptibles d’être fréquentées par le Brochet au moment de sa reproduction. Le petit bras mort de Gours, au milieu d’une prairie de bovin en est le parfait exemple. Celle-ci a été suivie de longues années, et de la reproduction de brochet a été observée sur ce site (oeufs, géniteurs, brochetons…).

Les AAPPMA locales nous ont contacté pour cibler d’autres secteurs à fort potentiel, pour que la Fédération réalise des suivis, ou pourquoi pas acquérir des propriétés intéressantes pour cette espèce. Le Brochet est considéré comme l’espèce repère, mais nous n’en n’oublions pas les autres qui peuvent très bien utiliser ces mêmes zones de fraie. Je pense à la carpe, au gardon… et bien d’autres.

Photographie de la frayère de Gours suivie par la Fédération

>> Fred : Maxime, Nicolas, participez-vous à des manifestations auprès des scolaires ou autres pour sensibiliser les jeunes à notre loisir commun et à la protection de l’environnement ?

Maxime : Pour ce printemps 2022, nous menons un projet d’ampleur avec le collège Henri Navarre de Coutras. Nos animateurs interviennent sur 4 séances dans les 10 classes de 6ème pour sensibiliser les jeunes à la protection de l’environnement aquatique.

A proximité du collège, coule la Dronne, un affluent de l’Isle. Les 300 élèves sont donc venus, classe par classe, à la rencontre de nos animateurs (Marine PALACIN et moi-même) pour participer à une balade “découverte de la rivière”.

Au cours de cette séance, ont été abordés la géographie du cours d’eau, son Histoire, sa biodiversité et son fonctionnement.

Sur le site de Coutras, nous avons pu étudier le bras de contournement récemment mis en place au niveau du barrage par la ville de Coutras.

Avec les élèves, nous avons donc mis en avant les actions de la FDAAPPMA 33 et dans ce cas là les travaux de continuité écologique.

A l’issue de cette séance, nos animateurs interviendront en classe pour faire une restitution de la sortie.

La séance 3 consistera à présenter nos métiers et ceux du domaine de l’environnement afin de faire comprendre aux jeunes la gestion d’un espace naturel. Nous abordons aussi les statuts de protection (Natura 2000, ZNIEFF, Réserve, …)

La séance 4 vise à valoriser leur projet en créant des supports qui seront à disposition des autres élèves du collège ou même des habitants de la commune.

Nicolas : Par ailleurs, nous intervenons aussi ponctuellement sur des animations de découverte de la pêche à la ligne pour tous les publics à partir de 5 ans.

Nous vous invitons à suivre notre agenda ou notre page Facebook pour avoir les dernières informations sur les évènements à venir !

Voir aussi

Samedi 30 avril 2022 : ouverture du brochet !